The Verve

Pochette pour the-verve.jpg

The verve est diffusé sur

  • Addict Alternative
  • Addict By La Détente Générale
  • Addict Lounge
  • Addict Rock
  • Addict Star

Biographie

L ongtemps considéré comme un des groupes les plus innovants et captivants de la scène pop contemporaine britannique, The Verve fit finalement surface en 1997 avec le succès immédiat de Bittersweet Symphony. Outre ce fulgurant succès, la montée du groupe fut en réalité l’aboutissement d’un long et éprouvant voyage qui débuta à l’aube des années 1990 et dont le déroulement fut perturbé par une séparation, de multiples poursuites judiciaires, ainsi qu’une importante consommation de narcotiques. Avec leur son océanique, associant la vision exploratoire du psychédélisme des années 1960 et de chatoyantes et esthétiques atmosphères, The Verve se languissait dans une relative obscurité avant de faire surface dans le monde musical, donnant ainsi naissance à une des plus complexe et remarquable évolution en matière de rock moderne et cela bien avant que la plupart ne connaissent même leur existence.

1989 - 1998
Tout d’abord connus simplement sous le nom de Verve, le groupe se forma en 1989 à Wigan, une petite ville du nord de l’Angleterre. Mené par le magnétique Richard Ashcroft, la composition originale du groupe comprenait le guitariste Nick McCabe, le bassiste Simon Jones et le batteur Peter Salisbury.

Partageant une même affection pour le rock et le funk (autant qu’une même attirance pour le psychédélisme), le quatuor signa avec le label Hut records en à peine quelques mois. En 1992, le single All In The Mind est le premier d’une série de titres indie qui bénéficièrent notamment du captivant travail du designer Brian Cannon pour les jaquettes. Les titres qui suivirent, tels que she’s a superstar et Gravity Grave capturèrent la véritable identité musicale du groupe, laquelle se caractérisait principalement par la majestueuse voix d’Ashcroft ainsi que par la guitare de McCabe.

Bien que Verve trouva longtemps sa place dans les palmarès indie britanniques, les radios allèrent voir ailleurs. Leur premier album, A Storm In Heaven, produit par John Leckie et édité en 1993, fut un désastre commercial, les critiques positives n’ayant pas suffit à stimuler les ventes. L’été qui suivit, Verve apparu sur la scène de Lollapalooza et entamma une tournée qui fut une véritable catastrophe. Non seulement Salisbury fut arrêté pour avoir détruit une chambre d’hôtel lors d’un passage au Kansas, mais Ashcroft fut également hospitalisé après avoir été victime d’une sévère déshydratation. Durant cette même période, le label de jazz américain Verve Records lança un procès contre le groupe, forçant le quatuor à changer officiellement leur nom en The Verve.

L’album suivant, A Northern Soul, sorti en 1995, fut la cerise sur le gâteau. Enregistré, il est vrai, sous l’influence d’une consommation massive d’ecstasy, cet album, pourtant d’une poignante intensité, ne rencontra pas le succès escompté, et trois mois seulement après sa sortie, Ashcroft se sépara du groupe.

Bien qu’Ashcroft remis The Verve sur pied quelques semaines plus tard, McCabe refusa de réintégrer le groupe, et fut remplacé par le guitariste Simon Tong. Finalement, début 1997, McCabe fit son retour, et c’est alors au nombre de cinq qu’ils enregistrèrent Urban Hymns. Cet album fut annoncé par le tube Bittersweet Symphony, construit autour d’un extrait d’une version symphonique du titre The Last Time des Rolling Stones. Cette chanson fit son entrée dans les palmarès à la seconde place et marqua l’été 1997. L'album Urban Hymns propulsa The Verve au rang des groupes les plus populaires du Royaume-Uni et lui permit de décrocher trois récompenses aux Brit Awards, dont celle du meilleur groupe britannique. Sa prédiction de 1993 se révéla finalement exacte : « Nous avons notre place dans l’Histoire. Cela nous prendra peut-être trois albums, mais nous y arriverons. »

Pourtant, même au sommet de leur carrière, le groupe joua de malchance. La totalité des droits de la chanson Bittersweet Symphony revint finalement à ABKCO Music, qui contrôlait alors l’ancien catalogue des Rolling Stones.

Le second single issu de l'album, the drugs don’t work, une sorte de lamentation aux sonorités country-blues, atteignit le première place dans les palmarès et devint le premier véritable tube au Royaume-Uni dont les droits revinrent à The Verve. Il fut suivit par Lucky Man et Sonnet. Cependant, un nouveau malheur s’abattit sur le groupe lorsque McCabe abandonna leur tournée aux États-Unis en 1998. Après des mois de rumeurs ils se séparèrent officiellement l’été suivant.

Depuis 2007
Neuf ans plus tard, au printemps 2007, le groupe se reforme. Les quatre musiciens du line-up original se retrouvent fin juin dans un studio londonien pour l'enregistrement d'un nouvel album. Une page MySpace est créée le 24 juin. Ils annoncent 6 dates au Royaume-Uni (Glasgow, Blackpool, et Londres) pour le mois de novembre, toutes rapidement à guichet fermé. Ils rallongent donc leur tournée de 4 dates pour le mois de décembre. Leur réunion est un triomphe. Ils font découvrir au public une nouvelle chanson: Sit and Wonder. En avril 2008, ils partent en tournée aux États-Unis, et interprètent un autre extrait de leur nouvel album : Love Is Noise. Ils enchaînent sur une tournée des festivals en Europe pour l'été 2008. Leur nouvel album, Forth, sort en 2008.

User-contributed text is available under the Creative Commons By-SA License and may also be available under the GNU FDL.

Source : lastfm

Tags

alternative, indie, rock

Discographie

Artistes Similaires

ÉCOUTEZ-NOUS PARTOUT